Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le FIDS 67 et la parabole du caddie

En limitant le choix des membres à deux types de sectorisations, sur la base de la carte géographique du département, le comité du FIDS 67 a donc une nouvelle fois fait fi des textes qui veulent un zonage resserré des lieux de vie du sanglier et une responsabilisation des chasses "défaillantes, négligentes ou désinvoltes" et ce de façon récurrente. Comme souligné, une majorité paye donc une nouvelle fois pour une minorité, selon le principe du caddie, comme l'a fait remarquer simplement un chasseur dans un post consacré par le "forum sangliers.net" au bracelet sanglier et duquel je tire cette parabole :

Admettons que vous êtes dans une grande enseigne commerciale , afféré à remplir votre caddie, selon vos choix, vos besoins ou vos impulsions. En principe, tout ce que vous avez pris dans les rayonnages est déposé sur le tapis roulant puis enregistré et payé lors du passage à la caisse.

Que diriez-vous, que feriez-vous, si l'enseigne et sa localisation vous était imposée d'office et si au moment de payer le contenu de votre caddie, le patron de la chaîne vous imposait de payer le panier du client précédent ou vous ferait payer un certain nombre de ses articles.

Nul doute que vous ne vous laisseriez pas faire. Pourtant, c'est ce qui se passe pour un grand nombre de membres du FIDS 67.

Prenons d'abord, l'emplacement du magasin. Il ne vous viendrait certainement pas à l'idée d'aller au Super U de Wissembourg, si vous habitez Brumath pour faire vos achats. Il faudrait déjà que les promotions soient délirantes. Pourtant, c'est ce que fait le FIDS 67, en mettant arbitrairement votre chasse dans une zone géographique, le cas échéant éloignée de 40 kms de votre "épicerie de proximité".

Ensuite, peu importe que le type de contenant pris individuellement à l'entrée du supermarché, soit un panier, un grand ou un petit caddie, que vous le remplissiez à fond ou non, que vous le consommiez sur place avant de sortir, que vous preniez soin ou non des marchandises dans les rayonnages, au passage à la caisse, selon votre profil et les choix de la direction, vous payez un prix total fixe, savamment calculé pendant des semaines pour faire vivre le magasin et pour réduire la facture de VIP.

Morale de l'histoire

Endormissez les petites grenouilles à l'eau chaude et vous en faites ce que vous voulez pour peu que vous sachiez les enfumer.

Les règles relatives à l’indemnisation des dégâts de gibier

Par Laurence Grisey-Martinez, juriste à l'Institut du Droit Local

Publié le 30 mars 2012

La loi du 29 juillet 1925 relative à la réparation des dégâts causés par les sangliers avait créé un syndicat obligatoire, le Syndicat général des chasseurs en forêt afin d’indemniser ces dégâts. En 2005, le Syndicat a disparu au profit de trois Fonds Départementaux d’Indemnisation des Dégâts de Sangliers (FDIDS), institués par la loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux (JO, 24 février 2005)
CETTE DEPARTEMENTALISATION AVAIT POUR BUT DE RAPPROCHER L'AUTORITE CHARGEE DE LA REPARATION DES DEGATS DU LIEU OU ILS ETAIENT COMMIS, AFIN DE RESPONSABILISER LES CHASSEURS CONCERNES.

Tag(s) : #Billet d'humeur, #Vie des instances de la chasse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :