Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Belle manoeuvre, mais à peine pourrie

Il y a eu les réunions officielles pour la rédaction du Cahier des Charges des Chasses Communales (CDC) et il y a aussi les coulisses avec ses jeux de lobbying à un titre ou un autre.

Il y a des endroits où l'on cause et d'autres où l'on fait ou du moins où l'on cherche à peser par "des recommandations", soit selon la définition du Larousse, "mener des actions pour exhorter quelqu'un à faire quelque chose, à adopter une certaine conduite".

C'est ce qu'a fait fin septembre le Sycoparc, le Syndicat de coopération pour le parc naturel régional des Vosges du Nord.

Sous couvert de "mission" de conseil aux communes membres, il n'a, ni plus ni moins, sous couvert de déséquilibre agro-sylvo-cynégétique et de de "naturalité des forêts" cherché à peser sur la possibilité donnée aux communes d'inclure des clauses particulières dans un bail de chasse, cf fichiers joints.

Nul doute que ces "recommandations" vont plaire aux chasseurs en général et des Vosges du Nord, en particulier.

Oh, elles n'ont rien d'inédit, puisqu'elles ressemblent comme une goutte d'eau à celles de l'ONF ou des propriétaires forestiers privés, au point de se demander qui est réellement l'auteur des "suggestions".

En tout cas, voilà des propos qui anticipent bien sur le futur Cahier des charges des chasses domaniales prévu pour l'année prochaine.

Maintenant si vous croisez la lettre d'intention sur le projet cynégétique du futur bailleur, annexée au CDC et le tableau des "préconisations" du Sycoparc et assimilés, vous ne pouvez que vous retirer du jeu au plus vite ou vous attendre à de gros soucis, si votre intention est de poursuivre votre gestion des ongulés "comme avant".

Enfin, il ne vous échappera pas non plus que finalement du nord au sud du département la sauvegarde du renard est bien à l'ordre du jour,cf post du matin.

Maintenant, si je puis me permettre, pour ce qui est du rôle du renard, j'aurais encore ajouté dans la justification donnée par les conseillers du Sycoparc, "espèce auxiliaire de la régénération naturelle des forêts par la prédation exercée sur les faons"...

Si l'on peut encore en sourire, il n'en reste pas moins que les Présidents de chasse devront de gré ou de force intégrer toutes ces manœuvres visant à lui indiquer la "bonne direction". Nul doute que son problème ou son risque majeur sera de savoir le degré de confiance qu'il pourra encore avoir en ses partenaires actuels ou futurs.

Souvenez-vous, le prix d'une chasse ne se détermine pas à l'hectare, mais en fonction du nombre de partenaires trouvables, qui lui dépend des opportunités de tir... or dans quelques temps, elles vont être en nettes baisses pour nombre de territoires.

Au final, le grand gagnant ne sera aucun des protagonistes, mais plutôt l'épouse du chasseur et certainement pas les armuriers, hôteliers, restaurateurs, traiteurs et tout le microcosme économique autour de la chasse.

La "frappe" est nette et précise, aujourd'hui, l'onde de choc et les effets collatéraux ne se feront, eux, sentir que bien plus tard. Et quand je pense que tout ce merdier est fait pour alimenter la Chine au détriment de nos scieurs, pour faire tourner des chaudières à pellets ou faire de la biomasse à renfort d'aides, faire travailler le plombier polonais dans nos forêts.

Pauvre faune, pauvre France.

Tag(s) : #Billet d'humeur, #Futur bail 2015-2024, #Forêt et gibier ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :