Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lorsque j'ai tenu en main le courrier du 20 janvier 2017 de la FDSEA du Bas-Rhin invitant les chasseurs à venir à une réunion d'information pour leur expliquer le déroulement de "la lutte collective contre la recrudescence des dégâts de corvidés", j'étais partagé entre le jet à la poubelle et voler dans les plumes à travers un post de plus. Mais actualité oblige, j'avais déjà suffisamment publié ces derniers temps pour ne pas encore en rajouter une couche sur un sujet lui aussi déjà traité, notamment dans le cadre de la rédaction du cahier des charges des chasses communales l'année dernière.

Alors merci Etienne de m'avoir envoyé sur ma boîte de réception, le courriel suivant :

Bonjour,

Vous avez du également recevoir le courrier de la FDSEA et du FREDON concernant la lutte contre les corvidés.
J’ai l’impression que les chasseurs sont encore utilisés uniquement comme un outil de régulation.
Quel est notre intérêt dans tout cela ! Au cours de l’année dernière sur notre lot les haies et bandes enherbés ont été rasés comme jamais auparavant, aucun effort n’est fait par les agriculteurs et la mairie (principale propriétaire) pour préserver les milieux en plaine ! Quel est la contrepartie à cette régulation des corvidés ?
Personnellement sur notre lot chaque année entre 2 et 400 corbeaux freux sont tués ou attrapés, mais avec la cage à corbeaux qui a fait l’objet de dégradation et des personnes qui se plaignent (à la mairie ou même menace d’appeler la gendarmerie) quand les corbeaux sont chassés au fusil. En plus bien sur aucun remerciement par rapport au boulot effectué !

Quelle est la nécessité de continuer sans contrepartie ? Cordialement

Faut-il ajouter quelque chose ? 

L' "l'intrusionisme" on a déjà donné et parlé avec l'arrêté canard ? Avons-nous besoin de la FDSEA, du FREDON (Organisme Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) pour nous expliquer ou nous former ? Certainement pas. Y aurait-il des aides en jeu pour organiser la chasse aux corbeaux ? Cela ne m'étonnerait qu'à moitié.

Faut-il continuer sans contrepartie ? Pas besoin de donner une réponse, les "fameuses compensations"  (cf VINCI-GCO) ne valent pas pour le monde agricole en cas de destructions de biotopes et de faune. Sommes-nous cons de laisser les "biens que les communes nous louent" être modifiés jours après jours par les propriétaires sans contreparties ? Evidemment oui, quel locataire d'un appartement accepterait que le propriétaire dégrade le logement objet de son bail ou lui dise comment il doit le décorer ?

Mais avec le chasseur tout est possible, dans son cas, la "casse ne se paye donc pas" contrairement à ce que dit le code civil article 1386.

Au bout du compte, si on regarde de près, tout ce binz est avant tout une action syndicale pour montrer aux adhérents qu'on "fait bouger les lignes", qu'on agit, qu'on sait mettre la pression sur le Préfet et les chasseurs.

Que vive la démagogie qui au jour d'aujourd'hui se porte si bien dans notre beau pays.

Tag(s) : #Faune-Nature-Ecologie et Chasse, #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :