Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le 5 octobre 2017, j'avais lancé l'alerte sur la volonté de l'Administration d'"éradiquer" dans un premier temps puis, après s'être repris sémantiquement plutôt de "réguler" le cerf, dans le cadre de la recherche d'un équilibre sylvo-cynégétique.

http://www.veillecynegetique67.com/2017/10/la-boite-a-outils-pour-concourir-a-l-equilibre-sylvo-cynegetique-ca-va-faire-boom.html

Que ce soit sur le blog ou ailleurs, la "boîte à outils" en phase d'étude n'a pas ému grand monde, étonnant quand on sait la place qu’occupe le cerf dans l'esprit de nos chasseurs de grands gibiers.

Apparemment, le ton et l'attitude sont en passe de changer, à lire le courrier adressé par le Président de la Fédération des Chasseurs de la Moselle à sa communauté

http://www.fdc57.org/documents/EradicationCerfMoselle.pdf

Je me contenterai en commentaire de juste poser une question : où est le Grand Est ? Monter au front ouvertement, c'est peut-être bien, mais quid des autres départements limitrophes ? Depuis le 27 décembre 2016, il existe une Fédération Régionale des chasseurs du Grand Est.

Voir rouge, émettre un billet d'humeur c'est bien pour éliminer le "trop plein hydraulique", cher à Konrad Lorenz, mais après on fait quoi ? On pèse combien seul ? Y-aura-t-il un mot d'ordre aux locataires de chasse à la Corse, "on agit, puis on discute après" ? Les Fédérations Départementales vont-elles prendre en compte les PV de l'ONF qui sont en route pour non réalisation de plans de chasse cervidés et ou chevreuils ? Prendront-elle à leurs charges les contentieux juridiques sur le principe qu'elles ont plus de puissance de feu financière que l'ONF ? Iront-elles jusqu'à faire remettre toutes les chasses domaniales à l'ONF l'année prochaine ? Où sommes-nous cuits, comme ma grenouille préférée ?

L'avenir nous le dira, une chose est certaine, le monde agricole a liquidé la plaine en petit gibier, le changement de politique forestière maintenant totalement orienté vers la production de bois pour l'industrie, avec notamment l’épicéa cher aux cervidés, va faire la même chose avec le grand. Comme les petites fermes dans l'agriculture, les petits propriétaires forestiers vont se faire happer par les grands et les fonds d'investissement, les banques et autres argentés en mal de placements. Dans certains pays de notre planète, c'est des milliers d'ha de palmiers, dans d'autres d’eucalyptus, bientôt de bambous, brefs des essences qui poussent et rapportent vite, chez nous la tradition de planter pour les générations futures va aussi passer à la trappe pour trouver du rendement. A choisir entre la préservation ou l'implantation d'une belle forêt en montagne et une station de ski ou autre projet touristique, de quel côté va tomber la pièce d'argent ?

Alors pensez donc le cerf ? En plus pour le loisir du chasseur ! Sans un front uni, au-delà même du monde de la chasse, la partie sera difficile à gagner. La chasse c'est annuellement 11 à 13% de budget garanti et sans travail pour l'ONF. Même si elle estime que les dégâts minorent le rendement des locations, le gain est toujours là et d'ici que la forêt rapporte une seule fois par des coupes, il s'en passera du temps, des tempêtes, des sécheresses et des trous dans le budget.

Enfin, n'oublions pas, comme aimait à le dire aux techniciens de l'ONF, Hubert Guillmot, le fils d'un ancien président de la FDC 67, "n'oubliez pas que par la révolution française vous n'êtes que les gestionnaires de la forêt qui appartient au peuple"

Tag(s) : #Faune-Nature-Ecologie et Chasse, #Vie des instances de la chasse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :