Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'IWA 2019 c'est sur le papier 1560 exposants de plus de 60 pays, sur place c'est plutôt grise mine, en tout cas du côté de ceux qui produisent, distribuent, vendent des armes, du textile, des chaussures, des équipements et autres munitions. Climat morose, fréquentation en berne, stagnation ou baisse des chiffres d'affaire, de moins en moins d'artisans, mangés par les gros, eux-mêmes en réduction de voilures en terme de surfaces d'exposition, voire absent, autant d'indicateurs qui placent le secteur économique de la chasse en fin de cycle.

L'offre reste riche, avec d'un côté une foultitude de "douzes" made in Turkia qui frappent à la porte de l'Europe quand ils ne sont pas déjà entrés par montages juridiques et financiers interposés, une montée en puissance des armes de précision longue distance, effet "sniper" oblige et une sur-exposition du monde du "tactical" pris d'assaut par là aussi un phénomène de société, les "youtubeurs". Et je me filme devant un stand en pleine manipulation commentée d'un pistolet au poing, et je fais une mise en scène avec un pote "cameraman" devant le stand "Made in Russia", incontestablement, les plateformes de l'internet vont être alimentées en "matos" à montrer à travers les nouveaux "Godard du net" en quête de followers.

Pour nous, c'est 30 kms de marche à pied pendant trois jours à travers allées, halls et stands, avec plus de hochements de têtes que d'émerveillements, avec le sentiment que "the Game is about changing", en faveur du "crazzy shooting" sous toutes ces formes et cibles. Au fil des déambulations reviennent forcément toujours les mêmes questions, mais qui achète tous ces douzes, version Rambo, où vont toutes ces armes ? Les nouvelles générations sont-elles tellement sous influence des jeux vidéos pour se faire des films armes au poing pointées sur des cibles furtives venant des quatre coins d'un simulateur ? A l'américaine, les populations s'arment-elles plus qu'on ne le croit , plus qu'on ne le dit ? Incontestablement, partout dans le monde, il y a de la "puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours" pour reprendre la célèbre réplique de Lautner dans les Tontons flingueurs. Pas sûr que tout cela finira cependant comme dans le film en beurrage de toasts !

Reste sur le plan purement du marché de la chasse, le cri d'alarme ou de détresse du Syndicat des armuriers allemands à l'occasion de son 70ème anniversaire de création : "la météo annonce de sombres nuages et peu de soleil" pour la branche. D'un côté le "on-line" prend, comme partout, de plus en plus de parts de marchés pour ne pas dire voler, en faisant aller les acheteurs au magasin pour avoir les conseils, l'expertise, mais en achetant chez "le moins cher",  de l'autre les contraintes en matière de réglementation issues du terrorisme alourdissant la bureaucratie. Et puis, les achats en général de l'arme à l'habillement, la coutellerie se modèrent de plus en plus, baisse du pouvoir d'achat oblige.

Survivre, se transformer en "centres de compétence" en apportant le plus du contact humain, du savoir, du SAV sous toutes ses formes ou arrêter ? Ces questions le commerce français de la chasse se les pose tout autant. Maintenant, si vous voulez notre avis, les quelques "gros" fabricants qui surfent sur le nom de leur Marque ont peut être aussi besoin de revoir leurs politiques tarifaires. A force de vouloir être trop gourmands avec des effectifs de plus en plus réduits et des prix industriels au niveau de l'artisan, maître armurier, on finit par tuer le commerce, en tout cas abuser le client. Qui fabrique quoi, fait fabriquer, où, par qui ? Beaucoup (trop) d'industriels asiatiques se promènent dans les allées, discutent sur les stands pour ne pas croire que les prix de production ne sont pas en baisse sur beaucoup de produits, contrairement aux prix de vente.

Tag(s) : #Faune-Nature-Ecologie et Chasse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :