Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je me suis toujours interrogé pourquoi on voyait des cohortes de tracteurs et de bennes agricoles XXL sur le chantier du GCO. La raison du bal des "Le Boulch" est à chercher ou à trouver dans la législation du travail et du transport. Aucun mouchard pour suivre le respect de la législation sociale, comme l'impose l'Europe aux camionneurs dès qu'ils sont sur la route :

"Le temps de conduite autorisé

  • Durée de conduite journalière : 9 heures maximum. Il est possible de prolonger jusqu'à 10 heures maximum pas plus de deux fois dans la semaine.
  • Durée de conduite hebdomadaire : 56 heures maximum.
  • Au cours de deux semaines consécutives : 90 heures maximum

Les pauses obligatoires

Une pause de 45 minutes est imposée après 4h30 de conduite.

Ce temps de pause peut être divisé en deux parties :

  • 15 minutes minimum ;
  • 30 minutes minimum au plus tard à la fin des 4h30 de conduite

Le repos journalier

  • Repos journalier normal : 11 heures minimum dans chaque période de 24 heures écoulées après la fin d'un temps de repos. Ce repos journalier peut être divisé en deux parties : 3 heures minimum + 9 heures minimum (dans cet ordre).
  • Repos journalier réduit : 9 heures minimum dans chaque période de 24 heures écoulées après la fin d'un temps de repos (trois fois minimum entre deux temps de repos hebdomadaires).
  • Conduite en équipage : 9 heures minimum dans les 30 heures qui suivent un temps de repos.

Le repos hebdomadaire

  • Repos hebdomadaire normal : 45 heures.
  • Repos hebdomadaire réduit : 24 heures avec compensation dans les trois semaines.
  • Au cours de deux semaines consécutives : 2 temps de repos hebdomadaires normaux  ou 1 temps de repos hebdomadaire normal et 1 temps de repos hebdomadaire réduit avec compensation   dans les trois semaines."

Tout cela donne au final beaucoup de temps non travaillé, alors, face à l'adage "le temps c'est de l'argent", on comprend mieux pourquoi avoir recours aux Entreprises de Travaux Agricoles locales sans mouchards.

Comble d'ironie : longtemps le monde agricole s'est opposé à la destruction par Vinci des ces fameuses terres si riches du Kochersberg  jusqu'au jour où "les comptes ont fini par être bons". Aujourd'hui, il croque encore dans la pomme en participant au dégagement de cette même terre.

Dernière observation, on trouve dans les archives parlementaires une question écrite du Sénateur- Maire de Strasbourg en 2013 pour assouplir la législation sur l'obligation faite au monde agricole d'utiliser du gazole blanc, à fiscalité non réduite sur les chantiers de travaux publics https://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ131209815.html. Quelque peu surprenant de voir un élu urbain plaider la cause agricole, à moins que c'était déjà pour les futurs chantiers !
Tag(s) : #Grand Contournement Ouest

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :