Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si quelques-uns pensaient encore dans le Bas-Rhin que le monde de la chasse s'était honorablement sorti du guêpier du Schéma Cynégétique dans lequel il s'est mis faute à une politique de gestion ratée du grand gibier durant des dizaines d'années, les derniers doutes sont dorénavant levés à travers le mot d'ordre du Syndicat des Forestiers  Privées d'Alsace à ses adhérents et au-delà aux chasseurs. Vous trouverez joint en annexe, les termes du "front du refus". Pour les lecteurs du blog, rien de neuf cependant, ni de surprenant.

Premier constat, les propos sont clairs et sans ambiguïtés. C'est niet popov, "aucune autorisation d'agrainage sans accord du propriétaire et du gestionnaire".

Le deuxième constat, c'est que la manœuvre est bien orchestrée et pas une insurrection de quelques syndicalistes, mais bien de l'ensemble du monde forestier : ONF, CRPF, Communes forestières, Syndicat.

Troisième constat, tout cela était inéluctable, à partir du moment où l'économie forestière et l'Etat ont progressivement commencé à refuser la présence de gibier pour passer du principe "forêt et gibier" qui a toujours prévalu, ne serait-ce pour justifier d'un prix élevé des baux de chasse, à celui de "forêt sans gibier".

Quatrième constat, ceux qui pleurent maintenant pour ne pas avoir eu gain de cause durant l'élaboration du Schéma ne sont pas forcément les victimes, comme ils le font apparaître. Si dans le Schéma a été introduite l'obligation de conventionner qui permet de mettre à genoux le locataire de chasse individuellement, en le soumettant aux conditions des propriétaires travaillés au corps si besoin est et des gestionnaires, la proposition, plutôt l'obligation faite, a bien été introduite dans le document final par quelqu'un, en l'occurrence le monde des forestiers et sa tête de pont l'ONF. Officiellement le Préfet a autorisé sur papier un agrainage restreint et contrôlé, ce qui fait croire que le monde de la chasse a sauvé les meubles, mais en parallèle et en complément tout a été fait pour le rendre impossible dans les actes. De la belle ouvrage qui confirme la victoire à la Pyrrhus soulignée dans l'article précédent http://www.veillecynegetique67.com/2019/08/sdgc-2019-2025-victoire-a-la-pyrrhus-les-conventions-d-agrainage-vont-le-dire.html. Nous sommes dans la mascarade, la mise en scène, la connivence organisée.

Cinquième constat, en mettant séparément et à tour de rôle les points sur les i, propriétaires et gestionnaires veulent enlever toute illusion aux adjudicataires et bien passer le message avant toute entame de discussion, l'avenir se fera  à leurs conditions. Pire ils laissent planer la menace de dégâts à valoir commis par cerfs et chevreuils. En résumé, nous sommes loin du temps où le Président de la Fédération des Chasseurs a eu l'honneur de remettre la médaille du mérite agricole au Président du Syndicat des Forestiers privés.

Maintenant, moi je veux bien que le grand gibier et le chasseur soient les pestiférés du moment. Reste que nous avons, non des ACCA avec des cartes d'adhésion à 100€, mais une loi locale qui mène à des adjudications avec une administration forestière qui continue à penser tout comme les communes et les forestiers privés qu'il "y a toujours un con qui se lève chaque matin", selon l'adage des agents immobiliers. Alors, il serait peut-être bon de se rappeler que la valeur d'un territoire accordée par les "cons" vient de la quantité de gibier qu'il peut abriter. Avec la tournure prise dorénavant, le monde de la chasse ne pourra continuer à accepter gentiment de payer au prix fort un droit de location qui lui interdit de détenir en nombre suffisant du grand gibier, l'oblige à chasser sous diktat et répression et le soumet à des obligations, en bonne partie prises en cours de bail.

Ok, si le monde des forestiers, à un moment où la forêt dépérit,  pense pouvoir se passer, sans travail d'une rentrée garantie annuelle et conséquente d'argent venant des chasseurs, c'est son choix.

Ok, l'heure est à l'exploitation intensive du bois qui va générer à court-moyen terme des revenus pour les propriétaires mais aussi des frais d'exploitation et de reforestation. Pas certain pour autant que l'économie locale et globale s'en portera mieux. Les quelques grands "biens placés" du bois profiteront certes de la montée du business, mais quid des effets collatéraux pour tous ceux qui bénéficient aujourd'hui des retombées aussi bien en amont et en aval de la chasse ? 

Aujourd'hui, le politique parle en permanence de perdants et de gagnants dans le cadre d'une réforme. Les premiers seront, parmi les chasseurs tous les "hommes de paille", les tenants de lots sans grands attraits naturels pour le gibier, les sociétés de chasse à budgets élevés avec de nombreuses parts diverses et variées. Parmi les autres, la casse ira des gardes professionnels ou non aux traqueurs, détenteurs de chiens, vétérinaires et ira jusqu'à l'économie du tourisme local, du transport routier, aérien, sans oublier le monde de l'armurerie, du textile de chasse, de la commercialisation de la venaison et de la restauration. On ne va pas forcément pleurer sur la perte de revenus annexes du monde agricole fournisseur de maïs aux chasseurs, mais tout de même il sera impacté. Côté gagnants, on va retrouver pour une courte période tous les tontons flingueurs, le monde de l'exploitation, de la transformation et la commercialisation du bois. Quant à tous ceux qui porteront le deuil de la mise en place d'une politique d'éradication du grand gibier, ils resteront silencieux et vivront dans la nostalgie du passé. Peut-être même le FIDS 67 y laissera-t-il son existence, faute de rentrées financières de base suffisantes et de dégâts de sangliers à gérer, un vrai monde à l'envers.

Que dire enfin des massacres à opérer dans un tout proche avenir parmi la faune ? Si ce n'est pas le chasseur, l'Administration préfectorale s'en chargera. D'une manière ou d'une autre, la mise à mort étant décrétée, le travail du bourreau se fera à partir de fin octobre par la battue au nom de la seule omnipotence de l'homme sur le monde animal, la chasse collective répétée étant le seul mode de chasse capable de détruire en grand nombre,  tel étant l'objectif.

"Rendre les honneurs" va devenir et être une mascarade.

Pour mémoire, rappel de quelques articles de la catégorie "Forêt et gibier"...

http://www.veillecynegetique67.com/2018/03/au-dela-du-schema-cynegetique-le-devenir-de-la-chasse-please-mettez-vous-d-accord-en-bonne-intelligence.html

http://www.veillecynegetique67.com/2018/03/gibier-et-perte-d-exploitation.le-bouc-emissaire-tout-trouve-qui-cache-les-vrais-enjeux-de-la-foret.html

http://www.veillecynegetique67.com/2017/10/une-image-bientot-rare-en-foret-et-au-nom-de-la-conscience-morale.html

http://www.veillecynegetique67.com/2017/10/la-boite-a-outils-pour-concourir-a-l-equilibre-sylvo-cynegetique-ca-va-faire-boom.html

http://www.veillecynegetique67.com/2015/12/2016-appelez-moi-james-james-boom.html

http://www.veillecynegetique67.com/2015/12/la-protection-des-arbres-c-est-la-detente-helas-pas-celle-de-la-photo.html

http://www.veillecynegetique67.com/au-coeur-des-adjudications-%C3%A0-venir-les-d%C3%A9bats-sur-l-%C3%A9quilibre-agro-sylvo-cyn%C3%A9g%C3%A9tique-les-peuplements-d%C3%A9gradables-l-agrainage-les-d%C3%A9g

Tag(s) : #Forêt et gibier ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :