Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au même moment où ARTE a diffusé un documentaire sur la chasse, "et l'homme créa la chasse" autour de la question fondamentale sur les relations complexes de l’homme avec la nature et sur l’avenir de la chasse en Europe, notre Administration bas-rhinoise place le curseur de l'abattage des sangliers à hauteur de 32.000 pièces d'ici fin mars. C'est la traduction chiffrée de son courrier aux adjudicataires du 6 janvier 2019, objet de mon article au nom des dégâts

Au même moment où l'injonction est faite aux chasseurs de répondre à leurs obligations de régulateurs, au nom de l'équilibre sylvo-cynégétique, les DNA publie, en caisse de résonance, le "message" diffusé par la FDSEA 67 à son Assemblée Générale et allant dans le même sens.

Au même moment où tous les reproches vont vers le monde de la chasse, le journal du 13h de TF1 y va aussi de son message pour stigmatiser les dégâts de sangliers, à croire à l'orchestration d'une campagne pour faire adhérer le grand public à l'acharnement cynégétique sur les sangliers.

Nous sommes dorénavant bien loin de mon post du  18 octobre dernier, "forêts que seriez-vous sans vos hôtes vivants", par contre en plein dans ce que j'ai appelé "la chasse normative", dans l’œil du cyclone alimenté par la peur d'une éventuelle peste porcine africaine bien accommodante et la pression des tracteurs agricoles et forestiers sur les Préfets qui craignent forcément les défilés sociaux ou autres blocages qui font désordre dans une carrière.

Que fait la chasse pendant ce temps, elle se réfugie derrière la beauté d'un reportage en Allemagne passé sur une chaîne nationale en deuxième rideau de programme et mettant en avant l'omnipotence de l'homme sur la nature. Que fait la chasse pendant ce temps, elle ouvre les recommandés avec A.R. la mettant en demeure pour manquement à ses obligations. Que fait la chasse pendant ce temps, elle s'entredéchire quand il s'agit de savoir qui est responsable, non des dégâts, mais de la facture en euros à payer ? Que fait la chasse pendant ce temps, elle rend les honneurs et voit toute son éthique "foutre le camp", pour faire les "quotas" demandés. Que fait la chasse pendant ce temps, elle enregistre l'abattage de sangliers et de chevreuils derrière des grillages, elle accepte les pratiques de "voisins flingueurs" placés en masse derrière une battue en cours, elle déplore en silence les demandes de bracelets de cervidés supplémentaires après réalisation du plan de chasse maximum et bien sûr largement honorées par l'administration forestière ? Que fait la chasse pendant ce temps, elle se doute que tout le monde ne respecte pas la fin de l'agrainage ou les quantités journalières autorisées, sinon elle n'aurait pas des sangliers gras avec des estomacs remplis de maïs et d'autres avec des panses vides et des carcasses asséchées.

Je suis resté longtemps cette nuit, à penser sanglier à côté d'un "Überleufer" pour rester dans le ton d'Arte. En d'autres temps j'aurais été content de l'action de chasse et du tir, plus maintenant. Seule consolation il n'a rien vu venir et n'a plus besoin d'errer pour trouver de la nourriture. A côté, dans la journée, 27 "Weidmansheil"  ont été prononcés, 27 autres de ses congénères ont été "dégagés", au nom des dégâts.

La chasse ne fait plus rêver, du moins moi et il faut dorénavant lui trouver très vite une autre terminologie, ce n'est plus la mienne en tout cas, celle de la définition de Nicolas Dubreuil, "« la chasse c’est savoir quoi et comment quand prélever quelque chose de la nature, en la préservant au maximum »

Aujourd'hui, c'est sans avenir, juste un outil parmi d'autres pour façonner l'espace non urbanisé à l'appétit financier de l'homme, le donner au monde du loisir, source de revenus considérables, de la montagne aux villes, pour étendre l'artificialisation des terres que revendique la course à la croissance, le tout sous couvert d'idéologies mercantiles, écologiques ou de welfarisme. C'est juste encore "un moment", une étape qui se terminera par le développement de "resorts natures", faits de parcs et de réserves où la faune fera son show devant des passerelles aménagées et le long de sentiers d'observation, avec autour des hôtels et des résidences pour le bien être du citoyen en quête de nature. Ailleurs, plus de salut, de place pour la faune, le désert cynégétique aura remplacé la corne d'abondance.

"Dans le temps", "il était une fois", un chasseur qui "gérait et soignait sa chasse" quand est arrivé....racontait le grand'père à ses petits enfants, il fut un temps où j'avais été peiné de voir mon épouse, mes enfants et petits enfants se détourner de la chasse, aujourd'hui, j'en suis heureux, ils ont raison, une souffrance en moins à vivre et subir dans un monde qui fout le camp, au nom de...

Tag(s) : #Billet d'humeur, #Faune-Nature-Ecologie et Chasse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :