Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Johanna Clermont, "le nouveau visage de la chasse", fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux, aidées en cela par les médias, toujours prêts à servir de relais, pour peu qu'il y ait du feu à attiser entre deux positions opposées. Et des braises extrêmes autour de la chasse, il y en a à souffler depuis l'été pour faire de l'audimat et de la vente de papier, avec le RIC des "animalistes", les sondages qui vont avec (63% d'opposition à la chasse), les interdits de pratiques, en dernier le tir de la tourterelle des bois et ainsi de suite... C'est qu'elle est aussi adoubée du Président de la Fédération des chasseurs à Thierry Coste, l'homme des couloirs et hémicycles politiques en charge depuis des lustres du lobbying au profit de la chasse, cela aide médiatiquement.

Qu'un jeune cherche à se bâtir une vie professionnelle d'argent comme influenceur, "c'est comme ca" dans notre monde imbécile. Que les fabricants d'armes se cherchent des égéries comme femme sandwichs pour booster leurs ventes, c'est aussi "comme ca". Qu'il faille aujourd'hui "aguicher" pour espérer réussir à faire des like, donc du flouze, c'est toujours "comme ca". Mon blog à côté, fait bien pâle figure, stupide, ringard, obsolète.

Qu'une photo toujours bien posée, accompagnée d'un commentaire de circonstance de quelques mots, suscite aujourd'hui plus d'enthousiasme qu'un post travaillé, c'est encore "comme ca", "le choc de la photo" dans notre société captée par le visuel et de plus en plus "sans lettres", compte désormais plus que "le poids des mots". Pour autant, le monde de la chasse doit il aller se perdre, se fourvoyer dans le "monde des Kardashian", se chercher des icônes pour communiquer, faire parler de lui, espérer recruter, séduire ?

"La galinette cendrée" des Inconnus a eu le double avantage de faire rire et de faire prendre conscience au fil du temps à un certain nombre de chasseurs l'image transmise, ressentie par les non-chasseurs. "La mignonnette dorée" ne fera, ni rire le grand public, ni inverser l'opinion. Notre monde de la chasse a eu des grandes dames restées dans les souvenirs des Dianes et non des icônes qu'elles auraient pu être. Celles que j'ai connues ne diront certes rien aux jeunes générations, mais quelle classe. Elles se nommaient par exemple, Jacqueline Bauche, oui celle des coffres forts Fichet et Dany Robin, l'actrice, "la petite fiancée de la France" dans l'après-guerre. C'était une autre époque, celle des sixties où chasser ne posait de problème à personne ou si peu, où la femme chassait pour elle, sans chercher à revendiquer une légitimité, à s'afficher. Point besoin non plus, en ce temps béni, de se cacher courageusement dans l'anonymat d'un pseudo pour parler de soi en cent vingt mots...

Aujourd'hui, tout est "nouveau monde", why not, mais certainement plus anxiogène que rassurant, plus agressif que bienveillant, plus divisé que fraternel, plus appauvri que luxuriant, plus urbain que rural, plus communautariste que démocratique, plus solitaire qu'heureux. Mais là je suis comme mon blog face à Johanna, dans l'obsolescence programmée !

Quoique pas encore totalement, parce que si je devais m'afficher fusil à la main pour parler chasse, comme Johanna hier soir au Quotidien de Yann Barthès, ce serait certainement en conformité avec les règles de sécurité, arme cassée et certainement pas les mains sur la bouche des canons dirigés sous le menton. Mais ca c'était dans "l'ancien monde", celui où l'on ne passait pas encore le permis de chasse aujourd'hui davantage sous l' emprise des règles de sécurité,apparemment vites oubliées que de l'art de la chasse.

Dans le monde des influenceuses mode, on parlerait de "fashion faux pas" !

 

Tag(s) : #Billet d'humeur, #De ma vie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :