Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La "balle" dans le camp des chasseurs : communiqué de ce jour du Préfet

Une semaine après la réunion en préfecture, l'injonction de "tirer" parviendra par courrier chez certains locataires de chasse à dégâts de sangliers. Cette fois-ci la "rhétorique" habituelle ne viendra pas de la Fédération des chasseurs du Bas-Rhin ou du Fonds d'Indemnisation des Dégâts, mais du Préfet en personne.

Pour autant, la donne va-t-elle changer ? On peut en douter pour plusieurs raisons.

  1. statistiquement les mois de juillet-août-septembre-octobre sont les plus pauvres en résultats, du 14 juillet au 10 août, la priorité est donnée à la chasse au brocard, période de rut oblige, août-septembre-octobre, sont pour les territoires concernés des mois sous l'emprise de la fièvre du tir du vieux cerf, ce n'est que fin octobre et encore plutôt début novembre que sont vraiment programmées des battues de sangliers
  2. sur de nombreux territoires à dégâts, il faut d'abord que les sangliers cassent du maïs pour qu'on puisse les voir à l'affût, peu de champs sont aménagés pour favoriser le tir en cas de pénétration la nuit
  3. en forêt, les agrainoirs ne sont plus appétants, sauf pour les laies, or comme déjà souligné, la forêt pullule de bêtes de compagnies qui commencent ou sont déjà installées dans les grandes parcelles de maïs et tirer des marcassins à l'affût n'est pas dans les gênes du chasseur local
  4. nous sommes en période de vacances, donc beaucoup ne sont pas disponibles, en été les jours sont à rallonge, donc les nuits courtes tout comme le sommeil du chasseur de nuit,
  5. on ne connaît le nombre de chasseurs déclarés auprès des louvetiers pour le tir de nuit,mais ils ne sont peut être pas si nombreux que cela
  6. traquer les sangliers dans les maïs ou en forêt par la suite avant les gelées et la chute des feuilles, ne donnent la plupart du temps que peu de résultats
  7. la menace de battues administratives, sans doute réelle cette fois-ci ne touchera que peu d'adjudicataires pour des raisons organisationnelles : 50 chasses, c'est selon le cas, 50 jours avec des chiens, des traqueurs et des tireurs à trouver à chaque fois... c'est pratiquement la durée de la saison des battues...c'est irréaliste, voire inégalitaire entre celui qui passe en premier et celui en dernier ou pas du tout...

Si résultat il pouvait encore y avoir, c'était sur les blés, à partir de maintenant et jusque pratiquement aux gelées, l'avantage est largement aux suidés, peu importe la bonne ou mauvaise volonté des chasseurs concernés.

Pour autant les "élus" sous le feu de l'actualité, à tort ou à raison, n'ont plus le choix, à moins qu'ils soient adeptes du "nous ont fait ce qu'on veut" ou du bras de fer !

Waidmann's heil

Tag(s) : #Gestion du sanglier et des dégâts, #Vie des instances de la chasse, #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :