Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le regard de chacun sur la nature

Dans quelques semaines, les couverts agriculturaux auront complètement disparu pour laisser place à un décor de "morne plaine". Les temps vont être durs pour notre petite faune, alors exposée aux intempéries, aux prédateurs, au manque de nourriture, au stress créé par la pression humaine qui elle se poursuivra, sans pouvoir se réfugier rapidement à l'abri des regards et du dérangement, comme en été.

Comme pour donner le coup de grâce à tout ce qui peut faire la richesse, diversité et beauté d'une nature et d'un paysage, les rares refuges naturels pour l'hibernation de notre biodiversité et surtout pour servir d'issues de secours en cas d'attaque, vont passer d'ici la fin de l'été sous les girobroyeurs.

Pendant que nous serons bien au chaud, tout un monde "du dehors" va alors devoir lutter durement pour sa survie dans la plus grande indifférence générale. Inexorablement, année après année le désert "faunique" est accentué, non par la chasse, mais par faute d'absence d'un regard protecteur sur la nature et ses composantes par tous ceux qui en ont la charge.

Qui se souvient encore du "tarier des prés" dans nos plaines du Ried notamment ? Il pourrait être le symbole de tous ceux qui croient que la survie de l'homme passe forcément par sa capacité à préserver son environnement. "Le bonheur n'est pas dans le pré", il l'était.

Maintenant, quand un jeu vidéo de violence pure, "GTA V», avec trois gangsters comme "héros" dépasse le milliard de dollars de recettes en 3 jours, quand le nouvel iPhone provoque bagarres, files d'attente et hystérie, le jour de sa sortie, quel place peut encore tenir la nature dans le mode de vie de ces générations, en dehors de celle d'un terrain de jeu ou de divertissement (cf lien sur le mud day), que vaut encore le "tarier des prés" à côté ? Peanuts !

Et qui dit Peanuts, dit forcément Schulz, donc mon ami Snoopy ! Définitivement, je n'aurai pas les mêmes valeurs que les générations qui m'ont suivi.

Définitevement, Aldo Leopold était un visionnaire quand en 1935, il écrivait que "tout programme en faveur de la nature sauvage est un combat d’arrière garde".

Girobroyage d'une petite roselière en bordure de fossé, pourquoi ?Girobroyage d'une petite roselière en bordure de fossé, pourquoi ?
Girobroyage d'une petite roselière en bordure de fossé, pourquoi ?

Girobroyage d'une petite roselière en bordure de fossé, pourquoi ?

Tag(s) : #Billet d'humeur, #Faune-Nature-Ecologie et Chasse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :