Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après les feuilletons de l'été, le RIP et les campagnes de déclassement des ESOD en espèces à protéger, un dossier totalement entre les mains du monde de la chasse où les animalistes pour une fois ne sont guère présents, celui du sanglier et la gestion des dégâts agricoles. C'est que comme chaque année, la Préfecture du Bas-Rhin a publié, cf p.j., la liste des territoires de chasse dans le collimateur de l'Administration avec les réjouissances, plus sérieusement, les obligations qui leur sont imposées.

Première observation, aucun avis n'a été émis durant la période de consultation du public, soit pas de déchaînement d'opposants à la chasse ou de défenseurs du sus scrofa, malgré sa classification à détruire quelque soit son âge, son poids ou son sexe. Aucune réaction défensive non plus du monde de la chasse ou des chasseurs concernés, donc selon le principe "qui ne dit mot, consent", les conditions de chasse de la bête noire sous contrôle administratif sont adoptées du 1er septembre au 31 juillet 2021 pour  les 202 lots sélectionnés et plus drastiquement encore pour 39 d'entre eux.

Deuxième observation, pour la première fois une chasse mixte, celle de Bischoffsheim, a été épargnée pour "régulation efficace" de la sanction suprême, l'interdiction d'agrainage, par la Commission Départementale de la chasse et de la faune sauvage. C'est intéressant, car on reconnaît d'une part qu'un lot à l'intérieur d'un secteur noir n'est pas forcément "une brebis galeuse" et peut-être reconnue pour les efforts consentis, mais d'autre part on le fait plonger tout de même avec les autres, alors qu'il n'a pas de dégâts.      Intéressant de voir ce que le FIDS 67 va en faire quand sonnera l'heure de la facture et de la sectorisation ?

Troisième observation, 45 lots avec plus de 14 ha de dégâts depuis 2ans 1/2 sont à la base, sur le principe du 360° autour des zones détruites, de la sectorisation de 147 autres lots, dont 50 ont une surface boisée inférieure aux 50 ha autorisant l'agrainage, soit aucun impact possible sur les densités, mais contraints à faire du tir de nuit.

Quatrième observation, les chasses mixtes, bois et cultures entre les mains d'un même groupe de chasse, sont bien à la base des gros dégâts.

Cinquième observation, quid de la forêt du Neuhof, soit de Strasbourg et sa  zone de non chasse, voire du terrain militaire et qui font le malheur de la chasse d'Illkirch ?

Sixième observation, 10 lots sont apparemment dans le pot au titre de "dégâts forestiers". Sur quelle base estimative, effectuée par qui, une nouvelle porte ouverte en plus qui ne laisse rien présager de bon pour les chasseurs en forêt ?

Reste que cette liste des 202 lots ne prend en compte que les estimations passées et non encore celles de l'été et celles qui vont suivre sur l'ensilage et le maïs grain. Même si les pronostics sont apparemment optimistes pour cause de sécheresse des maïs, certains secteurs "historiques" restent vraisemblablement  chauds, en cet été de canicule...

Tag(s) : #Gestion du sanglier et des dégâts

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :