Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comme chiens et chats.

Je viens de passer une de ces mauvaises nuit où l'on peine à trouver le sommeil et où l'on se réveille tôt le matin avec les mêmes pensées en tête que la veille au soir. Le temps est donc venu de parler de mon engagement auprès de la Coordination Rurale, plus précisément de la C.R. du Bas-Rhin, cf le lien.

Tout a commencé par le hasard et le blog qui m'ont fait arriver en contact avec le deuxième syndicat agricole français. Je cherchais à comprendre la tendance de plus en plus forte du monde agricole à se "radicaliser" face à la chasse, la C.R. 67 cherchait à comprendre le monde de la chasse face à la problématique des dégâts de sangliers. Nous étions faits pour nous rapprocher et mieux nous comprendre.

C'est donc comme porte-parole et responsable chasse auprès de la C.R. 67 que je me suis retrouvé hier après-midi au siège de la Direction Départementale des Territoires du Bas-Rhin pour une réunion de réflexion sur le futur Cahier des charges des chasses communales entre le monde agricole, l'Administration et la Fédération Départementale des Chasseurs.

Ce n'est pas révéler un secret que de dire, autant mettre des chats et des chiens autour d'une même table. Avec la réflexion, je crois qu'il aurait mieux valu, dans un premier temps, pour faire avancer la réflexion sur le cahier des charges que le monde agricole soit écouté seul dans ses propositions de rédaction que de livrer en pâture l'unique représentant de la chasse, fut-il Président, à un front de sept représentants de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs.

Ce n'est pas une révélation pour qui me connaît qu'il m'a fallu beaucoup de zénitude et d'appel à mon devoir de réserve, je représentais les réflexions de la CR et non des chasseurs, pour ne pas envenimer le tour de table avec mes visions d'une recherche de rapprochement entre le monde de la chasse et de l'agriculture.

J'avoue avoir très mal vécu la manière de mettre en doute ma légitimité à participer à la réunion par les représentants de la FDSEA, sous prétexte que je n'étais pas agriculteur.

Par contre, je comprend dorénavant mieux comment se fait le jeu des "négociations" et combien il est illusoire de croire à un rapprochement de deux mondes, celui des "papillons et des petits oiseaux" auquel je crois pour la survie des hommes et celui de l'argent première valeur mise hier en avant qui pourtant "est la seule chose que l'homme ne peut manger", selon la sagesse indienne.

Tag(s) : #Billet d'humeur, #Futur bail 2015-2024

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :