Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Raffinerie de Reichstett, "ton univers impitoyable"

Quand le 4 juillet dernier je me suis penché sur la problématique des chasses réservataires au regard du paiement des dégâts par l'ensemble de la communauté des chasseurs, j'avais pour la première fois mis en avant les interrogations que pouvaient susciter le cas de la raffinerie de Reichstett. Quatre mois plus tard, le sujet reste d'actualité avec la sortie hier d'une enquête approfondie des Dernières Nouvelles d'Alsace permettant aux principaux acteurs du dossier d'exposer leurs points de vue.

Apparemment l'heure est au "profil bas" ce qui pour autant ne change rien aux interrogations. La question de la responsabilité reste entière. A en croire les uns et les autres, voilà un territoire qui n'était plus chassé, livré clé en main au printemps aux sangliers. Inutile d'être grand expert de la chasse pour savoir ce qui allait donc se passer. Quelque part, il y a forcément un raté au départ ou une négligence coupable, voire un non-dit permettant de mieux comprendre. Trente hectares ne se ravagent pas en une nuit.

Par ailleurs, il est difficile de comprendre comment des dégâts peuvent être expertisés en vue d'une indemnisation d'un côté, à la raffinerie, et de l'autre être refusés à l'exploitant agricole du terrain militaire de La Wantzenau juste à côté, sous prétexte que les contributions dues au FIDS 67 n'étaient pas payées par les Domaines. A lire l'article des DNA, la raffinerie n'avait pas non plus réglé son dû au moment de l'estimation...

D'ailleurs, que je sache, il n'y a aucun lien entre le non paiement des cotisations au FIDS 67 et la prise en compte des dégâts éventuels sur le territoire du membre non à jour de cotisations. Si un texte existait dans ce sens, beaucoup d'autres agriculteurs ne seraient pas pris en compte, car des créanciers, il en existe d'autres au Fonds d'Indemnisation. Pour mémoire, le FIDS 67 a "annulé" dans un passé récent, sans vote de l'assemblée générale, plus de 250.000€ qui "encombraient" la comptabilité. Alors, deux poids, deux mesures dans le cas de la raffinerie ?

Reste que la question du futur règlement ou non de la facture reste posée, notamment après la lettre-pétition du 15 août dernier, à laquelle aucun des destinataires n'a encore jugé bon de répondre à ce jour, du moins à ma connaissance.

Gageons que ce dossier de gros sous saura encore faire parler de lui dans la communauté d'autant que maintenant, chacun peut se forger son opinion personnelle, grâce au travail d'enquête effectué par notre quotidien régional (cf p.j.)

Il sera d'autant moins prêt d'être clôturé qu'il semble que le fond du dossier repose peut-être aussi sur la convoitise de la chasse qu'a pu susciter en coulisses l'éviction des anciens salariés du territoire.

Article des DNA

Tag(s) : #Vie des instances de la chasse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :