Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La politique de l'apartheid du FIDS 67

Le FIDS 67, lorsqu'il est en défaut ou en difficultés, applique toujours la même stratégie de défense :

  • "diviser pour régner"
  • "noyer le poisson",
  • manipuler les faits
  • reporter "la faute" sur d'autres.

Lisez son communiqué de presse sorti à la suite de l'Assemblée Générale du 30 janvier dernier, lisez le déroulement des faits tels qu'ils se sont passés, dans mon post "le grain de sable" et vous en avez une parfaite illustration (cf pj).

Non, l'absence de majorité de l'une des deux propositions de sectorisation n'est pas un épisode "malheureux", comme le FIDS 67 le fait ressortir, c'est d'abord l'expression d'un rejet d'un système calculateur.

En proposant l'ancienne sectorisation jugée pourtant injuste, par lui-même, il était clair pour lui que c'était pour mieux "imposer" la deuxième proposition, celle à 17 secteurs qui contrairement à ce qu'il a écrit dans son communiqué ne "pénalise pas un peu plus financièrement les lots de chasse à dégâts ou engendrant des dégâts". Bien au contraire, comme par le passé, elle diminue la facture des responsables historiques "défaillants, négligents ou désinvoltes" au regard du coût engendré par leurs défauts de gestion et de résultat. Bien au contraire, elle reporte par la mutualisation leur charge sur les membres "otages" du fait de leur seule appartenance à un secteur arbitrairement dessiné par le FIDS 67.

Gardez toujours en mémoire, lorsque vous essayez de comprendre les agissements du FIDS 67, que son existence vient du Syndicat des Chasseurs en Forêt, soit des seuls tenants du sanglier et que les droits de vote sont de ce fait inégalitaires (les membres à surfaces boisées reçoivent le double de voix que ceux avec surfaces non boisées). Que dirait, à titre comparatif, notre société, si dans leurs droits de vote, une catégorie de citoyens avait automatiquement le double de droit des autres ? Ce système d'apartheid est pourtant au coeur du système du FIDS 67.

De ce fait, le FIDS 67 ne s'attendait à aucun moment que sa proposition la moins coûteuse pour lui-même et ses membres majoritaires puisse être rejetée. Tout est toujours réfléchi, programmé à l'avance. Pour preuve le courrier aux membres déjà prêt à l'envoi avec le calcul individualisé par lots de la surcotisation, comme s'il ne devait y avoir passage aux urnes... Le vote aux A.G. n'est donc pour lui qu'une simple formalité, à partir du moment où il pense avoir trouvé la bonne formule, soit la plus plaisante pour une majorité de tenants de sangliers et celle qui lui ramènera les procurations nécessaires pour passer. Certes, il lui faut encore encaisser quelques questions ou réactions épidermiques avant le vote, mais il sait y faire face par la langue de bois ou le mépris qui finit au fil du temps par engendrer la lassitude des membres et leur résignation. L'important pour le Comité c'est de passer le plus rapidement au vote :

  • après un rapport moral sans saveurs,
  • après, sans envoi préalable aux membres, une présentation comptable des chiffres financiers à peine lisibles dans la salle, qui plus est non par le trésorier mais par l'expert-comptable pour les rendre, en apparence, plus incontestables...

Nous sommes loin du "moment privilégié" que devrait être toute assemblée générale, pour communiquer avec ses membres, par contre beaucoup plus proche d'une manipulation, au point que le Président en oublie les modalités de vote prévu par ses propres statuts.

Ce n'est pas faute de les avoir eu sous les yeux, puisqu'ils ont été modifiés. A ce propos, si le FIDS 67 a déjà modifié le protocole de renouvellement des membres du Comité, il aurait surtout dû veiller à ce qu'à l'avenir il y ait une représentativité équilibré entre les administrateurs issus de la forêt et les administrateurs issus des "otages" ou une représentativité issue de chaque GGC... Vous avez dit "démocratie" ?

Tag(s) : #Vie des instances de la chasse, #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :