Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vers la fin des copains comme cochons ?

Non l'A.G. du FIDS 67 n'a pas été une "AG pour rien".

Oui le FIDS 67 a été déjugé non seulement sur ses propositions, mais aussi sur sa manière de traiter depuis des années les "otages" de son système. Jusqu'à présent il avait joué sur la domination de la forêt sur les membres sans sangliers ou sans bois ou sans suffisamment de surfaces pour faire de l'agrainage et sur tous ceux qui faisaient "leur travail" en forêt ou en plaine. Maintenant, il divise aussi son propre camp, à l'intérieur même des tenants du sanglier en forêt.

La raison est une grossière erreur de gestion sur fond de méconnaissance de ses propres statuts qui veulent que les décisions soient prises "à la majorité des membres présents ou représentés"... Elle est d'autant plus accablante et significative du traitement accordé à toute voix discordante que le Président n'a même pas voulu entendre qu'il faisait erreur et a laissé la majorité des membres s'en aller avec la certitude que la sectorisation à 17 était votée...

Dans ces conditions la question se pose inévitablement : quelle confiance peut-on encore accorder à un tel comité ?

Cette question se pose doublement après le déroulement final de l'A.G. au regard des tergiversations du FIDS 67 qui l'ont amené non pas à boucler le dossier du financement du déficit avant Noël, comme d'habitude, mais à une date encore largement indéterminée. Elle a son importance par rapport au monde agricole qui attend son argent.

Par ailleurs, dans son communiqué, le FIDS 67 rappelle que "la sectorisation plus fine (17 secteurs) est un engagement pris lors de l'assemblée générale du 20 décembre 2012". Il oublie par contre de rappeler :

  • qu'en avril 2013, le soir même de l'AG, il a retiré de l'ordre du jour sa décision de sectorisation, car si elle avait été votée à ce moment là, la facture risquait d'être corsée pour les "copains"
  • que ses réunions d'informations dans les GGC ont été plus que houleuses de par l'ignorance des nombreuses propositions faites allant contre ses exemples de sectorisation
  • que face aux chiffres des dégâts en juin, ni lui, ni la Fédération des Chasseurs n'ont jugé utile de réunir leurs adhérents en septembre pour prendre à bras le corps le dossier dégâts-gestion-responsabilisation-financement
  • qu'il a fallu au FIDS 67 plus de deux mois entre la négociation des prix du maïs et la tenue de l'assemblée générale pour déterminer le "système de calcul" des contributions complémentaires et pour cause...

Si donc les "agriculteurs devront patienter", la faute n'en revient certainement pas aux chasseurs qui "auraient mal voté"...mais à ceux qui n'ont pas su gérer la situation et laisser passer le temps.

Il est temps de cesser de prendre les uns et les autres pour des imbéciles.

Il est temps d'arrêter de se réfugier derrière l'hypocrisie qui consiste pour le FIDS 67 à "demander aux chasseurs des propositions ou des idées de financement des contributions complémentaires", comme l'a encore fait le Président lors de l'AG, en réponse à une question d'un otage.

Il est temps d'appliquer tout simplement les textes qui disent comment faire et non de "bidouiller à convenance des formules".

Ni la loi de 2005, ni celle de 2008 ou celle de mars 2012, ni le Schéma Cynégétique, ni le Plan National de Maîtrise du Sanglier ne disent à aucun moment que c'est "aux chasseurs de faire des propositions". Par contre tous ces textes définissent la finalité, RESPONSABILISER les chasseurs, les objectifs, provoquer l'AUTO-DISCIPLINE et les bases du financement des dégâts complémentaires qui reposent sur 3 piliers, le bracelet, le timbre, la sectorisation des mauvais risques.

Ce n'est pas moi qui le dit,

  • c'est l'Administration : "à chaque fois que le rapport de force n'est pas favorable au FIDS, il a toujours hésité à mettre en œuvre le principe de responsabilité prévue par la loi de 2005" (analyse de Bruno Cinotti, ancien Directeur Départemental des Territoires).
  • c'est l'Institut du Droit Local qui rappelle les fondements de la même loi "cette départementalisation avait pour but de rapprocher l'autorité chargée de la réparation des dégâts du lieu où ils étaient commis, afin de RESPONSABILISER LES CHASSEURS CONCERNES".
  • c'est le PNMS avec ses dix fiches actions (établir un état des lieux départemental de la situation relative au sanglier, établir un zonage départemental des risques liés au sanglier, établir un diagnostic des points noirs, définir et encadrer l'agrainage du sanglier, plan de chasse et plan de gestion cynégétique, définir des indicateurs de gestion, améliorer la connaissance des prélèvements, pratiquer une chasse efficace du sanglier, augmenter la vulnérabilité du sanglier à la chasse, réguler les populations de sanglier)
  • c'est le SDGC qui dicte de "favoriser une sectorisation cohérente de l'indemnisation des dégâts pour sensibiliser les gestionnaires dans le but de provoquer l'auto-discipline"
  • c'est l'article L.425-5-1 du code de l'environnement qui veut que " lorsque le détenteur du droit de chasse d'un territoire ne procède ou ne fait pas procéder à la régulation des espèces présentes sur son fonds et qui causent des dégâts de gibier, il peut voir sa responsabilité financière engagée pour la prise en charge de tout ou partie des frais liés à l'indemnisation".

Quand pendant huit ans on a fait croire que les propositions du FIDS 67, à la fois juge et partie, était la vérité, il est évident qu'il devient difficile de se mettre en conformité avec les règles prévues par les textes du jour au lendemain. Pourtant il va falloir le faire dans les jours à venir et donc affronter la réalité... L'erreur fatale du Comité serait de bâcler rapidement de nouvelles propositions pour espérer pouvoir payer les agriculteurs rapidement.

Mais maintenant que les "otages" ou les victimes de l'apartheid ont compris qu'ils avaient par le vote d'aucune des propositions, le pouvoir de se faire entendre et d'être écoutés, la donne n'est plus la même pour un Comité qui s'est discrédité tout seul.

Les Dernières Nouvelles d'Alsace et le compte-rendu de l'AG du FIDS 67

Tag(s) : #Vie des instances de la chasse, #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :