Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'exemple de Vendenheim

Voilà ce qu'écrivait en 2006 sur un forum, un chasseur à propos du territoire de chasse de la raffinerie de Reichstett :

"Imaginez un peu plus de 400 ha entièrement dédiés à la chasse , avec des dizaines de miradors pour gérer le chevreuil ( 60 bracelets ) , des cultures à gibier à profusion pour entretenir le petit gibier tel que faisans (naturel bien sûr) , lapins, lièvre etc . . . .

C'est un territoire privé , géré par le comité d'établissement des raffineries de pétrole de Reichstett , et qui autorise ses employés chasseurs et ses retraités de pratiquer leur hobby dans cette enceinte préservée de tout promeneurs et autres quad,vélo, braillards et teuffeurs grâce à de solides grillages et un cours d'eau qui encercle le tout . .
. . . . . le paradis quoi ".

2014, avec la disparition de la raffinerie, rien n'a changé, si ce n'est que dorénavant le territoire est revenu aux communes propriétaires, en l'occurrence Vendenheim et Reichstett et sont donc soumis à location.

Même si la part revenant à la commune de Vendenheim ne fait plus que "environ 270 hectares", l'attractivité reste entière, comparée aux autres offres de chasse de plaine et de petit gibier.

Maintenant si vous lisez, (cf lien), les clauses particulières du Cahier des Charges sorties par le Maire de Vendenheim, le "package de contraintes" rend l'affaire beaucoup moins séduisante. Trois pages de diktats et de contrôles autour de la notion d'équilibre agro-sylvo cynégétique habituelle.

Même si apparemment le prix intervient pour seulement 10% dans la décision d'attribution de la chasse dans le cadre de l'appel d'offre, il faut en vouloir.

Je l'ai souvent répété dans mes articles sur les adjudication à venir, le prix est secondaire pour un chasseur. Ce qu'il recherche c'est un équilibre entre potentiel cynégétique-opportunité d'exercer ses choix de gestion-quiétude du lot. Là deux des critères essentiels sont présents, par contre le pouvoir d’ingérence est total, au point que même des pouvoirs d'accès ont été donnés aux lieutenants de louveterie.

En clair, le prochain locataire est placé sous surveillance complète, comme un suspect. Je ne crois pas que cette manière de voir la relation est la bonne, même si certains pensent que dans le temps ces mesures de "matamore" vont s'atténuer.

Encore une fois, l'exemple de Vendenheim montre que dorénavant le chasseur est devenu un simple exécutant de missions allouées par des tiers pour lesquelles il est de plus tenu de payer. Si je devais déposer un dossier en mairie, ce serait au prix de l'euro symbolique. C'est ce que devrait d'ailleurs faire l'ensemble des chasseurs tentés par un tel appel d'offre. Si demain la commune ne trouve preneur, que fera-t-elle ?

Alors courage et solidarité, à défaut, il ne faudra pas venir se plaindre dans deux ou trois années, mais assumer "la mise à genoux" voulue ou dictée par ceux qui voient en l'animal uniquement un concurrent à ses intérêts.

Tag(s) : #Billet d'humeur, #Futur bail 2015-2024

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :