Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"La réforme oui, la chienlit, non, il faut que cela se sache". Nous étions fin mai 68, lorsque le Général de Gaulle a prononcé ces paroles de fermeté. Pas sûr qu'aujourd'hui nos politiques aient encore le courage de prendre publiquement le risque de pointer du doigt "celles et ceux" qui, par leurs actes en violation avec nos lois, pourrissent la vie de "celles et ceux" qui aspirent légitimement au bien vivre ensemble. Pas sûr que la classe politique soit capable de s'unir pour aller mettre un frein à la croissance continue de tous ces actes qui fatiguent "celles et ceux" qui au quotidien aspirent à gagner leur vie honnêtement, à garder l'intégrité de leur personne et de leurs biens, bref la frange de la population nationale qui ne fout pas le bordel à la moindre occasion, comme aux Champs Elysés ce week-end end, ne vit pas de la rapine, respecte les autres ou tout simplement suit un code moral qui fait la grandeur de l'être humain.

La fracture, ce mot si à la mode actuellement  dans les discours politiques, elle sépare de plus en plus les sexes, les communautés, les classes d'âge, finit par créer des oppositions partout en lieu et place de la liberté et de la fraternité. La liste des oppositions est devenue interminable. Elle part de l'opposition politique (gauche-droite, conservateurs-libéraux etc...), en passant par riche-pauvre, Français-émigrés, pro-chasse-antichasse, actif-chômeur, jeune-vieux, croyant-pas croyant, Marseillais-Parisien et j'en passe... Pourtant, il n'y a pas si longtemps tout le monde "était Charlie" , non ? Mais ils sont  passés où ? Mais ils sont où les actes concrets ? Aux oubliettes, une fois le buzz passé, chacun rentré chez soi. Pourtant, il n'y a pas si longtemps sur fond de "promesses qui n'engagent que ceux qui y croient", le nouveau monde était promis à la République.

C'est bien connu, la France est experte mondiale en création de commissions. A chaque fois que l'Etat se retrouve face à une situation où il ne veut pas prendre une décision, où lorsqu'il patauge, il crée une Commission. Elles sont actuellement encore au nombre de 390 avec la dernière en cours, le "Haut conseil pour le climat". Le plus souvent, c'est beaucoup d'argent jeté par la fenêtre"pour enterrer une décision", comme disait Georges Clémenceau.

Pendant ce temps, les problèmes continuent, les casseurs continuent à casser, contrairement au discours de Manuel Valls sur les Black Blocs en 2014 censés "trouver une réponse particulièrement déterminée de la part de l’Etat», les gangs ou mafias de l'Est, du pickpocket organisé aux cambriolages en passant par l'esclavage des corps des femmes continuent à sévir, les trafics de drogue en France fleurissent plus que jamais et les experts s'attendent au pire dans les prochains temps avec une offre de drogues dures en hausse dans les pays producteurs, mais on réfléchit toujours encore à la légalisation des drogues douces qui pourrissent le cerveau de trois millions de jeunes.

Chaque année des milliers d'individus sont vus par l'appareil judiciaire en manque d'effectifs. Quand l'automobiliste en infraction routière est sanctionné lourdement, "le mineur" pris la main dans le sac ou la poche va faire l'objet d'un rappel à la loi, car le politique veut "dépénaliser", "décriminaliser". Vous ajoutez à cette vision, l’inexécution grandissante des peines, il ne faut pas être surpris de voir le territoire comme une terre d'accueil pour ceux qui vivent de l'insécurité des autres.

Politiquement ce ressenti par beaucoup de citoyens est, comme on le sait,  du pain béni pour faire de l'agitation. D'un côté on stigmatise, de l'autre on pense pouvoir "évangéliser" la délinquance criminelle et sortir le démon de l'individu sans loi ni foi qui l'empêche d'être une "belle âme". Pourtant, à en croire Antoine Gombaud (1607-1684), essayiste sur "l'honnête homme", "ce n'est pas la crainte de la peine qui doit rendre l'homme bon, mais l'amour de la justice", autant dire qu'il faudra encore attendre quelques générations et des programmes scolaires qui vont avec pour espérer arriver à la société rêvée, même si on a la foi en l'homme vertueux.

A ce stade de mon développement, on peut se dire, mais qu'est-ce qui lui prend d'aller sur un terrain aussi savonneux par les temps actuels ? Un simple trop plein hydraulique issu d'un fait divers qui vient de nous arriver. Nous avions passé ce dimanche une superbe après-midi à une représentation théâtrale de mon épouse et une non moins bonne soirée tarte flambée, forte en rigolades au Pont de la Zorn, (la meilleure à notre goût, soit dit en passant), avec mon vieux pote de jeunesse installé en Touraine, sa compagne et la veuve du troisième larron de la bande qui nous manque bien, ponctuées pour ne pas dire gâchées par un SMS au retour des trois au domicile "Mauvaise fin de soirée et surprise, X. a été cambriolée, à demain"

Inutile d'aller dans les détails, le modus operandi est un classique, on profite de l'absence, passe par une effraction de la fenêtre arrière de la maison, vide les armoires, embarque les bijoux "jaunes", (sans toucher à la chambre des enfants)... En d'autres temps, voire circonstances, retrouvailles quatre ans après le décès du pote, le vol de bijoux aurait été relativement insignifiant. Lorsqu'il s'agit du dernier lien sentimental et matériel vous unissant au souvenir de votre amour, la pilule passe moins bien pour la veuve. Forcément de votre côté, vous tombez dans le piège du "si", si nous n'étions venus l'inviter, il n'y aurait eu de cambriolage, etc... mais ce n'est que de la torture pour rien, c'est comme cela et ne change plus rien.

Plus froidement, ce qui est hérissant, c'est le constat de la forme d'impuissance des gendarmes qui, pour compatir, n'ont pas grand chose à vous dire, ne serait-ce qu'en cette période, les cambriolages de ce type sont en recrudescence chaque année. Nom de dieu, je ne suis pas expert, mais tout de même. Ne me dites pas que si Strasbourg, capitale mondiale de Noël, constate qu'en cette période ca surchauffe à chaque fois en nombre de larcins elle ne sait pas, à force de répétition,  par qui ? Les pickpockets aux marchés de Noël et les cambriolages ne s'improvisent pas, ils s'organisent à partir de bases, voire avec des "renforts" venus d'ailleurs pour l'occasion, tous localisables.

Lorsqu'en parallèle, des amis finlandais de la veuve, passés également en début de semaine lui faire une petite visite se plaignent d'une montée brutale de l'insécurité chez eux, alors que ce pays a été nommé en 2017 "destination la plus sûre au monde", au point "culturellement" de ne pas verrouiller les maisons et les voitures, vous entendez des propos de première main et non une rumeur sur les méfaits de la mobilité humaine et vous vous dites forcément, là aussi ?     

L'Europe idéaliste  et la France rêveuse en particulier peuvent tourner tant qu'ils veulent autour du pot sans appeler un chat un chat, ils se coupent dans la main, non "tout le monde n'est pas beau et gentil" et ceux qui le pensent xénophobes. Ce thème, entre la paranoïa et la "tête dans le sable", selon l'appartenance politique va marquer la prochaine campagne électorale pour les élections européennes comme jamais et risque de faire basculer l'Europe vers un avenir miné et belliqueux.  Du temps de la guerre froide, chaque arrivant à l'Ouest faisait l'objet d'un interrogatoire, questionnement approfondi ou debriefing selon le mot que chacun veut donner à l'opération qui consiste à comprendre la motivation et le passé de chaque candidat au passage. Aujourd'hui, Schengen et la parfaite maîtrise de l'art et la manière d'entrer vers l'Eldorado par les candidats permettent aisément au loup de s'installer dans la bergerie. Tôt ou tard et peu importe la raison, délinquance, terrorisme, fuite, trafic, double vie, la République devra se secouer et aller vers une séparation du bon grain de l'ivraie entre vrais réfugiés politiques, migrants en réelle perdition et les opportunistes en tous genres. 

Tous les états membres de l'ONU, à l'exception de Trumpland, se sont accordés à l'été sur un Pacte sur la migration mondiale, non contraignant , appelé "Pacte de Marrakech". Il est présenté comme une solution pour une migration "sûre, ordonnée et régulée". Mais, voilà, avant d'être signé en décembre prochain, les défections de pays se succèdent, Israël, Autriche, Hongrie, Pologne qui seront vraisemblablement suivis par République tchèque, Belgique, Bulgarie, Suisse. Une fracture de plus en Europe et en France bientôt , comme tout texte qui veut faire du consensus, de plus en "minimisant l'incidence et l'impact négatif de la migration irrégulière".  Avec l'ONU, nous sommes dans le monde de la diplomatie et le monde des Institutions Internationales qui le plus souvent courent derrière les trains de l'horreur, mais jamais ne parviennent à les empêcher de partir. Tout laisse à penser que le contenu des 23 objectifs du pacte va contribuer à attiser encore plus le feu de la Xénophobie en Europe et donc échouer car à côté de la perception des citoyens, plutôt favorables aux réfugiés (politiques) et à la migration contrôlée, mais farouchement hostile à l'immigration clandestine.

C'est ce nœud gordien que le pays veut voir trancher par des directives claires et des actes sur le terrain en amont et en aval. Cela passe par un dégagement des moyens qui vont avec pour les services de la Défense, de l'Intérieur et de la Justice.

Epilogue et couronnement de l'article : Jeudi 29 novembre 15h :

Je viens de chercher à la gare mon plus jeune beau-frère parti faire un break d'une semaine au Kenya avec sa compagne. Départ mercredi dernier 15h, cambriolage de la maison entre 16h et 19h selon les gendarmes...

Modus operandi : escalade de la façade arrière par l'accroche à la gouttière, vraisemblablement via une courte échelle, effraction sans casser de l'ouverture du velux, entrée dans la salle de bain, sortie au palier de l'étage, neutralisation du détecteur thermique en intercalant une armoire.... entrée dans la chambre à coucher en rampant... de vrais acrobates, poids plume.

Résultat vol des bijoux "jaunes", deux autres maisons visitées dans le même quartier du village.

Comment s'appelle l'émission de télé ? Ah oui, "La France a d'incroyables talents" !

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :