Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La "fiche métier" du chasseur-garde champêtre

Au regard des résultats de la première campagne de tir de nuit avec sources lumineuses et du peu d' "échos" dans la nuit actuellement, les sorties nocturnes, pourtant garantes de frisson, ne serait-ce avec le vent du nord-est actuel, ne semblent pas très courues depuis le 16 septembre dernier.

C'est que ne s'improvise pas "chasseur de nuit" qui veut . A côté des qualités personnelles indéniables que sont l’opiniâtreté ou la persévérance, l'énergie et l'entrain, des pré-requis sont aussi demandés pour être efficace. L'équipement en fait indéniablement partie et ce ne sont pas E.B.M. Distribution ou Frankonia qui diront le contraire.

A minima, tout chasseur de nuit a besoin déjà d'une jumelle avec un indice crépusculaire élevé et de vêtements "tous temps" et silencieux, selon les fluctuations des températures entre le printemps, l'été, l'automne et l'hiverchasseur. C'est que l'affût peut devenir lassant si on n'y voit rien et si déjà on est dehors, autant chercher à voir ce qui s'y passe. C'est que le "garde champêtre chasseur" a aussi plus de chances d'être assis, si possible avec un bon coussin, car les nuits peuvent être longues, sur une échelle de fortune que dans un mirador quatre étoiles, hermétiquement fermé, avec moquette et siège rembourré.

A côté de cela, il est clair aussi qu'une vieille lunette Zeiss bleutée du siècle dernier ne fait pas forcément non plus l'affaire, si d'aventure on compte être efficace. Sans pour autant aller dans le dernier cri technologique de nos meilleurs marques, une lunette adaptée à la sortie nocturne doit avoir une bonne luminosité grâce à la qualité des verres, au traitement et à l'indice crépusculaire. Et là, même si le prix ne fait pas forcément la qualité, il y contribue. Autant dire, avec une lunette à 300€ vous serez certainement en difficulté pour distinguer du noir dans le noir. Reste le grossissement, le type de réticule et autre point rouge ou non, où là encore "qui peut le mieux, peut le plus" ...

Si vous ajoutez la torche qui, lorsqu'elle est autorisée peut compenser une lunette inadaptée, l'investissement de base se renchérit encore rapidement d'une centaine d'euros. On le voit, le budget équipement de base peut rapidement s'envoler et ce n'est donc pas forcément le jeune chasseur qui peut le financer. Donc rien que le "ticket d'entrée" peut déjà inciter l'un ou l'autre à ne pas y aller.

Justement, y aller, c'est aussi un gros paquet de kilomètres en aller -retour, donc en essence si on n'a pas la chance d'habiter à proximité. C'est aussi toute une logistique à avoir entre le véhicule, le bac ou le porte-gibier, le harnais pour tirer seul votre sanglier, le set de couteaux, la lampe, la frontale, pour y voir clair et faire les prélèvements, le petit chevalet pour éviscérer seul dans les règles de l'art et enfin, le frigo, si possible avec un treuil, car l'hernie discale peut vous guetter.

Maintenant si vous croyez que le plaisir s'arrête une fois votre sanglier au frais, grave erreur. Si vous êtes en zone nord, c'est acheminement vers un frigo agréé avec les prélèvements, attente du résultat qui peut aller au-delà de la semaine selon la date de tir et la tournée de récupération des prélèvements, c'est, si vous êtes vraiment chanceux, une suspicion Alaria Alata qui vous met alors devant l'alternative, benne ou congélation...

Et là vous pouvez-vous dire, comme le film de Claude Lelouch "tout ça...pour ça". Mais cela vaut aussi, si votre sanglier est "commercialisable", car rien ne vous dit que vous allez avoir un client avec un juste prix ou si, au contraire,vous allez devoir faire la manche auprès d'un grossiste pour ne même pas couvrir les frais. Si en plus, vous avez la chance d'être dans un secteur exposé aux sorties et aux dégâts, le "tout ça... pour ça" peut se répéter pendant quelques mois.

Sans aucun doute, le "garde champêtre-chasseur" doit être différent des autres chasseurs, ne serait-ce parce qu'en plus des services rendus à la communauté, il doit encore payer pour exercer son métier.

Tag(s) : #Billet d'humeur, #Faune-Nature-Ecologie et Chasse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :