Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui est le gardien de la nature et de ses composantes, en faut-il un ?

De droit, entre en lice l’ensemble des propriétaires privés, forestiers, agricoles, les communes, le peuple avec les forêts d'Etat et légitimement les gestionnaires qui vont de l’Office National des Forêts aux Conservatoires d’espaces naturels, la liste est longue ( parcs nationaux, réserves naturelles nationales, réserves naturelles de la collectivité territoriale de Corse, réserves naturelles régionales, arrêtés préfectoraux de protection de biotope, arrêtés préfectoraux de protection de géotope, réserves biologiques, forêts de protection et sites classés).

De droit aussi, figurent évidemment le chasseur locataire de terrains privés, communaux ou domaniaux, mais en charge uniquement de la gestion contrainte de certaines populations animales et dans le cadre strict de la législation qui encadre l’activité. Sur la nature, soit la contenance du lot, il n'a aucun pouvoir, comme locataire, il doit composer avec l'existant qu'on lui donne ou qu'on lui modifie au cours du bail du fait de l'activité humaine ce qui peut profondément changer la valeur cynégétique d'un territoire , voire compliquer l'exercice de la chasse, (voir fin de l'article).

Au regard à lui seul, de ce maillage des gestionnaires des espaces et de ce mille-feuille, avec chacun des visions, des objectifs, des contraintes et des modes de gestion spécifiques, sans parler des orientations politiques nationales et locales qui peuvent changer du jour au lendemain, il est aisé de comprendre combien il est difficile de créer une union, des synergies positives pour sauvegarder ensemble nature et biodiversité et encore moins par ou avec la chasse.

Ajouter à ce maillage l’ensemble du monde associatif qui s’est développé autour des thématiques de la chasse, de l’environnement et de l’écologie, les fondations et autres organismes de protection des animaux, les nouveaux métiers qui se sont créés autour de l’influence et de YouTube et le cocktail devient explosif, voire agitateur.

Dans ce contexte, personne ne peut revendiquer le gardiennage de la nature et de ses composantes vivantes et encore moins la rue.

C'est seulement  le droit d’usage qui  permet à tout un chacun l’accès à la nature et de profiter de ses paysages d’une manière ou d’une autre et qui fait dire à beaucoup d’opposants à la chasse « la nature appartient à tous », indépendamment du droit de propriété. C’est aussi ce même droit d’usage, considéré comme exagérément utilisé par tout un chacun qui amène aujourd’hui au repli sur soi de propriétaires privés, avec l’engrillagement de leurs biens. https://www.veillecynegetique67.com/2021/11/pour-ou-contre-la-chasse-faites-vos-jeux-rien-ne-va-plus.html

Lutter pour l'abolition de la chasse est sans doute seulement pour certains la partie visible d'un iceberg.  Si en passant il était possible de toucher au droit de propriété et d'ouvrir la porte à d'autres ambitions  plus agitatrices ou révolutionnaires, tout est bon à prendre, comme dans le cochon. (Karl, sors de ce corps !)

L’impasse actuelle, dans laquelle s’est mise la société, sous couvert de démocratie participative notamment, pourrait aisément trouver une issue de sortie, non par le « diktat » imposé par un camp ou un autre, mais sans doute par le civisme, le retour du bon sens.

Quel contestataire de la chasse modéré ou extrême accepterait de voir en permanence une intrusion chez lui, dans son salon, sa chambre à coucher ou sa salle à manger, de jour comme de nuit, par des passants, des inconnus, des non invités ? C’est bien ce que fait souvent l’homme, de jour comme de nuit, seul ou en groupe dans la nature à travers promenades avec ou sans chiens, randonnées, trails et tout autre sport de plein air organisé ou sauvage dit de loisirs, sans tenir compte des habitants des lieux, la faune.

Si le bien être animal est vraiment l’objectif des revendications, alors, il convient en priorité de respecter leur mode de vie. La faune n’a de frigidaire pour manger, ni de restaurants où il est servi. Il doit quotidiennement chercher, trouver sa nourriture par la prédation (qui peut-être plus cruelle que la mort par carabine ou fusil, dit en passant), par l’abroutissement. Pour se reproduire, il doit être en forme et n’a de salle pour cela. Dans sa vie, la quiétude est un must.

L’homme parle de qualité de vie pour lui-même, mais bien souvent ne l’accorde à la vie sauvage de par la pression qu’il exerce sur la nature en permanence.

Le chasseur en action individuelle, le vrai, le bon, pas celui de la galiinette cendrée, sait que « marcher beaucoup, c’est voir beaucoup, rester longuement sur place, c’est tirer beaucoup » Son objectif est de se faire discret, de se déplacer sans perturber, tout un art, celui de la Pirsch. Le dérangement permanent des espèces vivantes au gagnage, au repos ou en gestation est source de stress, de fuites, d’accidents, de dégâts. Mais combien de fois n'ai-je entendu dire au printemps quand les chevreuils sont bien visibles dans les champs, "ah mais j'aime voir les animaux courir, c'est si beau". Que la chevrette soit gestante n'est pas la question. Pas sûr cependant qu'une femme proche du terme accepterait de faire la même course, sous couvert de beauté... # assuré.

à suivre...

"« Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie. » Marx commente : « le droit de propriété privée est donc le droit de jouir et de disposer de sa fortune arbitrairement (à son gré), sans tenir compte d’autrui, indépendamment de la société, c’est le droit de l’égoïsme. C’est cette liberté individuelle tout autant que ce qui en découle qui forment la base de la société bourgeoise. »
Karl Marx

« Le droit de propriété a été le commencement du mal sur la terre, le premier anneau de cette longue chaîne de crimes et de misères que le genre humain traîne dès sa naissance »
Pierre-Joseph Proudhon

Tag(s) : #Faune-Nature-Ecologie et Chasse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :