Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vers la mort de la chasse au petit gibier, faute de SMIC ?

Vouloir mettre sa main sur la nature est depuis longtemps une marque de fabrique de l'homme. Façonner, maîtriser, détourner, exploiter, rentabiliser, quelques verbes dits d'action qui pratiqués sans précaution ou discernement peuvent avoir de lourdes conséquences sur l'ensemble des composantes de l'environnement rural, le paysage, la faune sauvage, les biotopes, les catastrophes dites naturelles comme les inondations, les coulées de boue, et autres faits divers qui font le malheur des populations touchées et le bonheur des médias.

Transformer la nature contrairement à nos anciens est aujourd'hui chose facile. Les machines de plus en plus sophistiquées ont pris le relais de la force physique et rangé aux oubliettes la pénibilité des travaux de façonnement de la nature, quelles qu'en soient les raisons, bonnes ou moins bonnes.

En un rien de temps, un arbre, une haie, un roncier peuvent être dégagés ou girobroyés, une zone humide drainée et comblée un petit bosquet coupé à blanc, désouché et transformé en champ de maïs. Le remembrement en son temps avait déjà profondément bouleversé nos paysages et modes culturaux. Aujourd'hui les interventions sont plus chirurgicales, plus discrètes au point souvent de passer inaperçues, sauf pour quelques-uns,en particulier le chasseur, cet exilé de la nature.

Pour le chasseur de plaine, celui du petit gibier, la perte progressive des biotopes encore favorables a été et reste une des causes principales de ce qu'il appelle aujourd'hui, "la désertification cynégétique".

Sa seule culture, c'est la nature, soit les parcelles non exploitées agricolement ou celles qu'il appelle des surfaces d'intérêt cynégétique. Mais là encore, il dépend du bon vouloir des riverains d'un fossé, d'un chemin rural, d'un pylône électrique, d'une haie bocagère, d'une roselière, d'une friche industrielle ou autre espace non exploité.

Là aussi, la tendance en Alsace est de "faire propre" en coupant, fauchant, brûlant, désherbant comme si aucun animal, vertébré ou invertébré ou aucun insecte si précieux pour la petite faune, n'y trouvait refuge, abri ou nourriture. Mais la destruction mécanique ne se voit pas et passe inaperçue de son auteur. Retournez à la main une plate-bande dans votre jardin et vous verrez les vers de terre. Passez là au motoculteur et vous n'aurez aucun sentiment de culpabilité , pas de vision du ver déchiqueté. A part le bruit du moteur tout se passe en silence.

Oh certes, il existe des dizaines de textes censés éviter le tout et n'importe quoi, sous prétexte d'omnipotence de l'homme sur la nature et le monde animal. Mais sont-ils respectés ? Il y a toujours une bonne excuse pour obtenir une dérogation soit pour drainer, curer un fossé ou faucher une jachère.

Oh certes, à la sainte Catherine de nombreuses opérations communicantes sont effectuées pour planter des haies avec le renfort des gamins des écoles. Mais ne serait-il pas plus simple et économique de tout bonnement conserver ce qui existe naturellement ?

Pierre Mayot, le spécialiste du faisan et de sa reconquête considère qu'un territoire de plaine a besoin pour être accueillant à toute la faune sauvage d'un minimum de biotopes non exploités. Ces espaces naturels, de mon point de vue, c'est la part que "l'homo economicus" devrait concéder, à titre compensatoire, aux habitants naturels permanents de la nature qu'ils soient chassables ou non, en un mot, c'est "la part des anges"...

Pierre Mayot appelle cette part indispensable à la survie, le SMIC, la Surface Minimale d'Intérêt Cynégétique. Elle devrait couvrir 3 à 5% d'un territoire rural. Sur ma chasse cela voudrait dire 30 à 50 ha de couverts naturels pour la protection, la nidification et l'alimentation du petit gibier...

En dehors d'une forte volonté "écologique" sur les paysages ou d'un choix fort en faveur d'une nature encore animée avec une biodiversité, l'indispensable SMIC a peu de chances de frapper les esprits décideurs, Chambres d'agricultures, Préfets, Direction des Territoires, de l'Environnement, Conseils Généraux, Régionaux, Municipalités, agriculteurs, habitants des communes rurales.

"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" disait Jacques Chirac, mais cette volonté l'avons-nous en Alsace ? Un SMIC défendu par les chasseurs est interprété par les opposants comme une mesure non de sauvegarde, mais comme un piège à gibiers imaginé par les chasseurs pour assouvir leur mortel loisir.

Au-delà des débats passionnels sur le sens de la chasse, je préfère donner une chance de survie à notre petite faune, plutôt que de la voir jour après jour se faire écraser sur les routes, être fauchée dans les prés au printemps, être douchée mortellement par les insecticides, pesticides ou autres défoliants, être victime de la prédation car trop concentrée dans les quelques couverts restants ou faute de refuges proches pour s'échapper rapidement lorsqu'en hiver c'est "morne plaine en Alsace".

Prochainement va se jouer l'avenir de nos chasses de petit gibier avec les modifications du Cahier des Charges des Chasses Communales, en prévision des adjudications de 2015 (cf p.j.). C'est notre chance. Le renouvellement l'année dernière du Schéma Cynégétique Départemental n'a pas voulu saisir l'occasion de fixer des objectifs quantifiés pour le petit gibier, dont le SMIC.

Ne ratons pas celle à venir, c'est vraisemblablement la dernière pour le petit gibier. A défaut tout le monde sera perdant, en premier la petite faune. Maintenant si personne ne veut plus travailler pour le gibier naturel, car la "cocotte" est tellement plus confortable, la cause est définitivement perdue et dans ce cas là à juste titre, car ce type de chasse est indéfendable.

« La nature vierge est une ressource qui peut diminuer mais non s'accroitre. Il s’en suit que tout programme en faveur de la nature sauvage est un combat d’arrière garde. »

Aldo Leopold 1935...

Définir ce qu'est encore aujourd'hui un territoire de chasse

Tag(s) : #Aménagement du territoire et petit gibier, #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :